Archives de catégorie : Génèse

Génèse du Projet

Vous trouverez ici le projet tel qu’il a été présenté en tant que « projet junior » à l’Université Lyon3 Jean-Moulin.

Description du projet

    Partant du principe que pour comprendre la dynamique technologique, le monde académique ne suffit pas, nous avons voulu proposer un projet de recherche qui, partant des objets technologiques concrets, soit l’occasion d’associer la réflexion académique aux compétences concrètes des praticiens pour qui les technologies ne sont pas seulement des objets de pensée.

Descriptif scientifique du projet :

    S’il est banal de considérer que la technologie est un sujet contemporain de première importance, tant les idées et sentiments contradictoires à son encontre sont nombreux et complexes, il l’est beaucoup moins que de considérer la philosophie comme un acteur déterminant de cette situation. Fondé sur l’importance de la question technologique dans les liens forts qui existent entre l’université Lyon 3 et le monde des praticiens, qu’ils soient publics (Le Grand Lyon, la région Rhône-Alpes, etc., notamment via le Labex IMU) ou privés (Biomérieux, Boiron, Fiducial, Véolia, etc), il est pertinent de proposer un tel projet junior, où la philosophie à une place de première utilité. De part son habitude de la démarche rationnelle et de sa capacité à la clarification conceptuelle, la philosophie est susceptible de  favoriser la réflexivité sur des pratiques caractérisées par  le changement constant, tout en prétendant pouvoir fournir les moyens intellectuels d’accompagner et de canaliser le dynamisme technologique.

La technologie, à distinguer de l’humain.

        Trop souvent lorsque le couple conceptuel humain et technologie est utilisé, la simplicité et l’intuition conduisent à réduire l’un à l’autre, que ce soit en se faisant le chantre de la pensée contemporaine pour laquelle le progrès technologique est l’objectif économique et émancipateur central, ou au contraire, en inventant un humain démiurge absolu de la technologie.

        Par ailleurs, lorsque l’on s’intéresse aux réflexions portant sur le couple Humain et Technologie, on ne peut que constater que l’accent réflexif est toujours mis sur l’Humain, en considérant que, puisqu’il est à la fois le géniteur de la technique et qu’il en subit les effets, c’est à partir de lui qu’il faut partir pour penser cette réalité. Ce point de départ nous semble être précisément  un des origines du flou conceptuel qui règne autour de la notion de technologie. Associer la technologie à une essence prédéterminée ou à tout autre forme d’ensemble homogène nous apparaît comme une facilité d’esprit développée par de nombreuses philosophies, qu’elles soient technophiles ou technophobes, et qui ne permet de constituer une pensée susceptible de se mesurer réellement à des enjeux pourtant cruciaux. Conduire une voiture disposant d’un GPS n’a pas la même implication existentielle que d’être opéré au cerveau par laser, et ces deux situations n’ont que peu en commun avec le fait de se raconter et de se constituer comme sujet via un compte Facebook®. Néanmoins, si les occurrences contemporaines technologiques ne sont effectivement que les symptômes d’une dynamique commune, il faut pouvoir le prouver au terme d’une véritable enquête, et non l’affirmer comme postulat.

Passer de la technologie aux technologies par l’étude de la présence empirique

     Ces deux pôles, saisis comme des entités homogènes, ne nous semblent donc pas un point de départ satisfaisant. C’est pourquoi, mettant de côté ce préjugé d’homogénéité, nous prenons le parti d’engager un processus de réflexions philosophiques prenant en compte l’hétérogénéité et la multiplicité: des Humains face à des à Technologies.

    Cette hypothèse de travail est en premier lieu motivée par la confusion qui règne autour du concept de technologie : parle-t-on des objets techniques contemporains ? De la réflexion qui permet le développement technique ? De la pensée réflexive sur  la technique? En se fondant seulement sur l’usage quotidien du mot de  technologie, sa polysémie est tout au mieux multiple, le plus souvent contradictoire.

     Ainsi, c’est à partir de ce diagnostic de confusion que nous voudrions proposer ce projet junior. Sa dynamique générale serait alors la suivante : renverser le pôle d’attracteur des problèmes issus de la philosophie de la technologie. Pour ce faire, il s’agira de fonder la réflexion sur la dimension empirique, c’est-à-dire partir des occurrences concrètes, des machines. En effet, la technologie, notamment à partir les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), est trop souvent pensée comme détachée de ses conditions matérielles. A l’inverse de cette dématérialisation de la technologie, il serait important de rappeler l’importance de sa présence physique et concrète : Goldman Sachs® a payé très cher l’installation ses data centers le plus près possible des serveurs centraux de la City Londonienne, les quelques nanosecondes de transmission d »informations économiques gagnées par ce procédé représentant un véritable avantage économique.

    De la sorte, en se focalisant sur les objets et machines concrètes, le projet junior Humains et Technologies tentera cette mise à l’écart d’une conception a priori du sujet humain comme maître et possesseur de la technique, afin de prendre en compte le plus précisément les occurrences décrites par le concept de technologie. Bien entendu, cette mise à l’écart du pôle humain constituera une tentative théorique, et n’aura de sens que si ce dernier revient à la fin, que si cette analyse de la technologie concrète permet en retour de mieux appréhender ces technologies multiples. Étudier les technologies, cela revient nécessairement à retrouver ce qu’il y a en elles d’humain.

Les niveaux technologiques

                Pour ce faire, nous  proposons de distinguer les différentes matérialités technologiques par un critère de spatialité, qui permet de donner corps à leur diversité : à partir d’un niveau micro, celui des molécules médicamenteuses et des micro-particules polluantes, jusqu’à un niveau macro, celui des ensembles urbains et des dispositifs de traitement de données (les Big Data), en passant par des niveaux intermédiaires, les dispositifs technique individuels tels que l’ordinateur, les produits pharmaceutiques à portée de main, les véhicules, etc.

    Cet intérêt pour les différents niveaux technologiques n’est pas seulement taxinomique : il permet également de clarifier les différentes formes technologiques auxquelles l’humain est confronté. Ce faisant, il permet de poser avec plus d’acuité le problème de la médiation : quels sont les objets techniques avec lesquels j’ai une médiation directe, c’est-à-dire sur lesquels je possède un certain contrôle au niveau individuel (allumer ou éteindre un ordinateur ; prendre sa voiture, etc.) ?  Quels sont ceux au contraire que je semble subir, où la médiation individuel semble faire défaut (la pollution aux micro-particules, l’appartenance à un ensemble urbain, etc.) ? A chaque niveau technique, dans chaque objet, pour chaque pratique, les deux facettes de ces médiations coexistent : utiliser une voiture résonne avec le fait que cette dernière soit issue d’un processus de production complexe. Ainsi, le croisement de la distinction de différents niveaux technologiques, problématisé selon la réflexion autour des médiations fournira un regard susceptible de saisir toute la profondeur des modalités de relation entre Humains et Technologies.

    L’intérêt théorique seul de cette question ne suffirait pas à justifier un tel projet junior. De par le parcours des porteurs du présent projet, et leur confrontation à de nombreuses situations avec des praticiens, les problématiques que nous souhaiterions aborder dans ce projet ont émergé non seulement de par leur intérêt académique, mais peut-être plus encore par la confrontation à des situations concrètes où le défaut de précisions des moyens conceptuels rendaient soit les situations idéologiques, soit plus grave, inefficace. C’est donc parce que la philosophie des technologies nous semblent envisager avec davantage de précisions les situations technologiques que nous pensons pouvoir développer ce projet.

     Nous voudrions terminer sur ce point central : cette perspective d’étude ne sera pas seulement théorique. En effet, en partant des objets eux-mêmes, il sera possible de croiser les regards des différents acteurs du monde de la technologie, ingénieurs, informaticiens, économistes, juristes, etc. sur des situations communes : l’homme augmenté évoluant dans des smarts cities, la médecine d’amélioration (dite anthropotechnie), etc. C’est-à-dire celles et ceux qui les inventent, les produisent, et fournissent le cadre concret de leur développement. De la sorte, cette réflexion pourra prétendre traiter directement des préoccupations concrètes de tous les acteurs. En demeurant cependant fondamentalement philosophique, il s’agira de concevoir cette approche comme une possibilité de convergence des différentes approches des technologies, et de la sorte, tenter à notre tour de produire un véritable logos de la technologie.

Objectifs Principaux

  1. Enquêter sur les différentes formes de relations que les Humains entretiennent à l’égard des différentes occurrences que l’on peut ranger sous le concept de Technologies, en envisageant la diversité des objets techniques et ainsi clarifier les différents sens du mot technologie.
  2. Éclairer la réalité empirique des technologies. En allant à rebours de la dématérialisation générale théorique (cloud, réseaux, etc.) et en rappelant l’importance de la matérialité de ces technologies.
  3. Préciser les thèses issues de la philosophie de la technique en les confrontant aux problématiques contemporaines.
  4. Ouvrir un espace de discussion fécond entre les pratiques académique et non-académiques, à travers l’invitation d’intervenants extérieur au monde de la recherche.
  5. Favoriser la connexion entre les  acteurs universitaire de la région lyonnaise (Lyon 1, 2, 3, ENS, INSA, LIRIS, etc.), ceux de la région Rhône-Alpes (Grenoble INP, ENS des Mines de Saint Etienne, Université Jean Monet, etc.).
  6. Promouvoir l’activité de recherche des doctorants et mettre en avant leurs compétences et expertises à travers leur participation au séminaire.

Modalités Concrètes des événements scientifiques

   Nous proposons de développer le projet junior Humains et Technologies selon deux modalités principales, au travers d’un souci commun : être le lieu d’une formation des jeunes chercheurs. La formation doctorale trouve difficilement des occasions spécifiques à son statut particulier. Plus vraiment étudiant et pas encore chercheur à part entière, peu de situations satisfont aujourd’hui les demandes des jeunes chercheurs.

   Ce projet aura donc pour objectif institutionnel de fournir des conditions spécifiques pour satisfaire cette attente. En permettant aux doctorants une occasion de présenter leurs travaux ou de s’exprimer sur un sujet sur lequel il serait compétent, il s’agirait également de leur permettre de travailler sur les problématiques au cours d’événements scientifiques favorisant l’échange et la discussion.

                Nous proposons d’organiser deux types distincts d’événements :

  • 5 séminaires de recherche (tous les deux mois) au cours de l’année universitaire 2014-2015 : portant sur les différents niveaux technologiques que nous auront identifiés, autour d’une problématique centrale (l’innovation, le développement durable, etc.).  Pour les mener à bien, nous proposons une modalité originale : les participants seront au nombre de trois : deux doctorants et un ‘senior’, chercheur ou praticien, qui tiendra le rôle de discutant. Chaque doctorant présentera durant une vingtaine de minutes leurs réflexions. Au terme des deux présentations, le discutant ouvrira la discussion, en commentant et critiquant les perspectives présentées. Le rôle des  »seniors » sera double : à la fois canaliser la discussion et contraindre une certaine qualité d’échange.
  • A l’issue de cette première année, où cinq séminaires auront été animés, un colloque sur deux jours sera organisée, aux alentours de juin 2015. A partir de l’ensemble des problématiques qui auront été soulevées durant les séminaires, un programme de discussions sera proposé, alternant des présentations d’un format traditionnel avec des tables rondes, des ateliers de travail et moments informels pour évoquer les différents sujets.
  • Au terme de ces journées, une nouvelle session de 5 séminaires sera proposée pour l’année universitaire 2015-2016. Ils seront organisés autour des différentes problématiques qui y auront été soulevées.